AVT_Laure-Conan_3920.jpeg

première partie (Maurice Darville à sa sœur) deuxième partie (Mina Darville à son frère)

(Mina Darville à son frère)

À quoi sert-il de chasser aux chimères, ou plutôt pourquoi n’en pas faire des réalités ? Va trouver M. de Montbrun, et — puisqu’il faut te suggérer les paroles, dis-lui : — « Je l’aime, ayez pitié de moi. »

Ce n’est pas plus difficile que cela. Mais maîtrise tes nerfs, et ne va pas t’évanouir à ses pieds. Il aime les tempéraments bien équilibrés.

Je le sais par cœur, et ce qu’il va se demander, ce n’est pas absolument si tu es amoureux au degré extatique, si tu auras de grands succès, mais si tu es de force à marcher, coûte que coûte, dans le sentier du devoir.

Compte qu’il tirera ton horoscope d’après ton passé. Il n’est pas de ceux qui jugent que tout ira droit parce que tout a été de travers.

Tu dis que je le connais mieux que toi. Ce doit être, car je l’ai beaucoup observé.

J’avoue que je le mettrais sans crainte à n’importe quelle épreuve, et pourtant, c’est une chose terrible d’éprouver un homme. Remarque que ce n’est pas une femme qui a dit cela. Les femmes, au lieu de médire de leurs oppresseurs, travaillent à leur découvrir quelques qualités, ce qui n’est pas toujours facile.

Quant à M. de Montbrun, on voit du premier coup d’œil qu’il est parfaitement séduisant, et c’est bien quelque chose, mais il a des idées à lui.

Ainsi je sais qu’à l’approche de son mariage, quelqu’un s’étant risqué à lui faire des représentations sur son choix peu avantageux selon le monde, il répondit, sans s’émouvoir du tout, que sa future avait les deux ailes dont parle l’Imitation : la simplicité et la pureté ; et que cela lui suffisait parfaitement.

On se souvient encore de cet étrange propos. Tu sais qu’il se lassa vite d’être militaire pour la montre, et se fit cultivateur. Il a prouvé qu’il n’entendait pas non plus l’être seulement de nom.

Angéline m’a raconté que le jour de ses noces, son père alla à son travail. Oui, mon cher, — c’est écrit dans quelques pages intimes que Mme de Montbrun a laissées — dans la matinée il s’en fut à ses champs.

C’était le temps des moissons, et M. de Montbrun était dans sa première ferveur d’agriculture. Pourtant, si tu veux réfléchir qu’il avait vingt-trois ans, et qu’il était riche et amoureux de sa femme, tu trouveras la chose surprenante.

Ce qui ne l’est guère moins, c’est la conduite de Mme de Montbrun.

Jamais elle n’avait entendu dire qu’un marié se fût conduit de la sorte ; mais après y avoir songé, elle se dit qu’il est permis de ne pas agir en tout comme les autres, que l’amour du travail, même poussé à l’excès, est une garantie précieuse, et que s’il y avait quelqu’un plus obligé que d’autres de travailler, c’était bien son mari, robuste comme un chêne. Tout cela est écrit.

D’ailleurs, pensa-t-elle, « un travailleur n’a jamais de migraines ni de diables bleus ». (Mme de Montbrun avait un grand mépris pour les malheureux atteints de l’une ou l’autre de ces infirmités, et probablement qu’elle eût trouvé fort à redire sur un gendre qui s’égare dans un paradis de rêveries.)

Quoi qu’il en soit, prenant son rôle de fermière au sérieux, elle alla à sa cuisine, où à défaut de brouet noir dont la recette s’est perdue, elle fit une soupe pour son seigneur et maître, qu’elle n’était pas éloignée de prendre pour un Spartiate ressuscité, et la soupe faite, elle trouva plaisant d’aller la lui porter.

Or, un des employés de son mari la vit venir, et comme il avait une belle voix, et l’esprit d’à propos, il entonna allègrement :

Tous les chemins devraient fleurir,
Devraient fleurir, devraient germer
Où belle épousée va passer.

M. de Montbrun entendit, et comme Cincinnatus, à la voix de l’envoyé de Rome, il laissa son travail. Son chapeau de paille à la main, il marcha au devant de sa femme, reçut la soupe sans sourciller, et remercia gravement sa ménagère qu’il conduisit à l’ombre. S’asseyant sur l’herbe, ils mangèrent la soupe ensemble, et Mme de Montbrun assurait qu’on ne fait pas deux fois dans sa vie un pareil repas.

Ceci se passait il y a dix-neuf ans, mais alors comme aujourd’hui, il y avait une foule d’âmes charitables toujours prêtes à s’occuper de leur prochain.

L’histoire des noces fit du bruit, on en fit cent railleries, ce qui amusa fort les auteurs du scandale.

Un peu plus tard, ils se réhabilitèrent, jusqu’à un certain point, en allant voir la chute Niagara.

Cette entrée en ménage plaît à Angéline, et cela devrait te faire songer. L’imitation servile n’est pas mon fait, mais nous aviserons. Tiens ! j’ai trouvé. Il y a au fond de ton armoire un in-folio qui, bien sûr, te donnerait l’air grave si tu en faisais des extraits le jour de tes noces.

Mon cher Maurice, crois-moi, ne tarde pas. Je tremble toujours que tu ne fasses quelque sortie auprès d’Angéline. Et la manière d’agir de M. de Montbrun prouve qu’il ne veut pas qu’on dise les doux riens à sa fille, ou la divine parole, si tu l’aimes mieux. Tu es le seul qu’il admette dans son intimité, et cette marque d’estime t’oblige. D’ailleurs, abuser de sa confiance, ce serait plus qu’une faute, ce serait une maladresse.

Avec toi de cœur.

Mina.